Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Un an d’Innovation responsable par Thomas Buisson

Un an d’Innovation responsable par Thomas Buisson

Désormais designer produit chez Courant, Thomas Buisson a obtenu son diplôme de design en novembre 2010 après un an au sein du programme thématique de second cycle Innovation responsable. Il répond à quelques questions à propos de son projet de fin d’études et de cette formation qui met l’accent sur le développement durable et l’éco-conception...

 

1 - Vous avez développé un projet de fin d’études dans le cadre de l’option Innovation responsable. En quoi cette dimension innovation responsable s’inscrit-elle dans votre projet ?

 

Je pense qu’il existe deux types de design. Tout d’abord, il y a le design d’édition qui donne une deuxième vie à des produits déjà existants (une chaise, un luminaire...) et permet d’appréhender ces produits d’une autre manière en les revisitant et/ou les détournant. Puis le design appliqué aux autres produits : ceux qui s’adressent à "la masse". Ces deux types de design sont différents et nécessaires, mais c’est sur le second que j’avais envie de me focaliser. Je voulais que mon travail de designer soit utile aux plus grand nombre, qu’il apporte une solution à un problème social. On retrouve dans le bas de la pyramide de Maslow (échelle des besoins chez l’Homme) les besoins les plus primaires de l’Homme : se nourrir, dormir, respirer... puis ses besoins sécuritaires, du corps, de la santé, de l’emploi... Résoudre un des problèmes relatifs aux besoins les plus primaires chez l’Homme me semblait essentiel. Travailler pour les sapeurs-pompiers, c’est améliorer leurs conditions de travail, et augmenter leurs chances de sauver des vies.

Fire Line - Thomas Buisson - 2009

2 - Pourriez-vous décrire le fonctionnement de Fireline et notamment le système de couleurs par ondes hertziennes. Pourriez-vous illustrer vos propos par des exemples ?

Fire Line comporte plusieurs parties. La première est constituée d’un sac et d’une ligne guide lumineuse, le 2e d’un système de communication avec l’extérieur. Le sac et la ligne guide lumineuse sont 2 éléments fonctionnels et "matériels", dans le sens où ils représentent un lien palpable sûr entre les pompiers et l’extérieur. Le sac est en Kermel© et la ligne guide recouverte de "PX" (fil non feu) et de silicone translucide, un tube électroluminescent, ce qui permet de donner plus de visibilité aux pompiers lors de leur intervention.

Quant au système de communication, il est constitué d’un boîtier qui envoie et réceptionne des ondes hertziennes vers une "tablet PC" (qui réceptionne et envoie des ondes, elle aussi). Ce système fonctionne sur le même principe que celui d’une radio. En revanche, l’information véhiculée est différente : le fait d’utiliser un code couleur plutôt que la voix simplifie et optimise les échanges. Les actions évoquées lors d’un incendie entre les pompiers qui interviennent d’une part, et ceux qui sont à l’extérieur d’autre part, peuvent être "classées" afin d’aller à l’essentiel.

Fire Line - Thomas Buisson - 2009

3 – Avec qui avez-vous travaillé sur ce projet ?

J’ai principalement travaillé sur ce projet avec les pompiers de Carquefou, surtout avec le chef de leur caserne, le capitaine Jean-Baptiste Floch. Jamais je n’aurais pu aller aussi loin dans ce projet sans son aide. J’ai participé aux entraînements avec eux et ainsi pu faire ressortir des besoins pertinents. J’ai beaucoup travaillé aussi avec Matthieu Le Moing, responsable aux achats du SDIS 44. Tous deux m’ont apporté leur aide, leurs conseils, et m’ont ouvert les portes d’un univers que je ne connaissais pas.

J’ai aussi travaillé avec plusieurs autres designers de l’école ! Partager mon expérience du terrain, et enrichir de leurs commentaires mon projet s’est révélé très fructueux ! J’ai enfin travaillé aussi beaucoup à la fin de mon projet avec l’entreprise qui a choisi de m’apporter un soutien financier d’une part, et technique d’autre part.

4 - Pourquoi les sapeurs-pompiers, pourquoi pas la police ?

Pourquoi pas ! Il y a certainement beaucoup de problèmes à résoudre du côté de la police aussi ! De la même manière que pour mon projet, une étude de terrain me semblerait indispensable. J’avais simplement plus d’affinités avec le milieu des sapeurs-pompiers, il y a un an, quand j’ai débuté mon projet.

 

5 - En tant que designer, quelle responsabilité pensez-vous avoir envers la société ?

Le design est aujourd’hui envisagé différemment selon chacun. Je le considère comme un processus de création régi par le temps. C’est aussi un bon moyen de faire changer les modes de consommation, les habitudes et de dépasser les préjugés. C’est surtout une manière de rendre la vie plus belle. Le designer doit connaître les usages, les codes et les technologies existants, il doit aussi savoir dialoguer avec les différents corps de métiers de l’entreprise, travailler en équipe et être créatif afin de proposer la meilleure réponse aux besoins émis par l’utilisateur de son produit. Je crois que le designer doit avoir pour ambition première d’améliorer la vie des gens.

 

 

 

À lire également :

Programmes de cycle master en design Care

 

Ailleurs sur le web :

Le site internet de la société COURANT

Vous pouvez contacter Thomas Buisson par e-mail à l’adresse suivante : tb@cordescourant.com