Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Comment nos alumni vivent-ils la crise sanitaire depuis l’international ? Témoignage #2

Comment nos alumni vivent-ils la crise sanitaire depuis l’international ? Témoignage #2

Témoignage de Nataly Restrepo, alumni 2015 et strategy designer spécialisée en Food design au Mexique.

Comment vit-on la crise sanitaire au Mexique ? 

Le gouvernement mexicain a annoncé il y a quelques jours la phase 2 de l’épidémie. Cela signifie que toutes les activités non essentielles ont été suspendues (commerces, restaurants, etc.). Quelques jours avant la mise en place de cette mesure, une grande partie de la population était inquiète parce que le président mexicain continuait à autoriser les sorties alors que d’autres pays voisins prenaient des mesures plus fermes. Il y eu une crise politique : les mexicains ont ignoré les mesures du président et sont entrés en quarantaine par eux-mêmes. 

Quelle comparaison entre la situation au Mexique et la situation en France ?

Au Mexique, la plupart des gens vivent au jour le jour, c’est-à-dire qu’ils doivent sortir de chez eux et travailler pour se nourrir. Stopper l’économie brutalement peut donc avoir de graves conséquences pour une grande partie de la population, d’autant que les aides du gouvernement ne sont pas aussi importantes qu’en France. S’il paraît évident qu’il faut privilégier la santé avant l’économie, cela n’est pas si facile en réalité pour les personnes qui vivent dans des conditions précaires. L’exemple de ce qui se passe actuellement en Europe peut aider les Mexicains à comprendre la gravité de la situation, et faire prendre conscience au gouvernement qu’il doit être plus présent pour aider ces familles sans ressources qui ne peuvent vivre plus de 2 à 3 jours sans travailler. En cela, les crises mettent en évidence les inégalités sociales.

Comment cette crise va -t-elle impacter nos vies ? 

Au niveau social, les gens vont expérimenter un isolement dans le quotidien, ils vont commencer à sortir uniquement pour des occasions spéciales. Cela va impacter les secteurs de la gastronomie et du divertissement. Au niveau alimentaire (qui est mon expertise), le “fast casual” et “fast food” à distance vont se développer, et l’on va commencer à voir de plus en plus de restaurants virtuels (qui existent déjà avec les “dark kitchens”).

De manière générale, les ressources technologiques vont être utilisées pour un plus grand nombre de personnes, le "home office" est amené à se développer, les frontières géographiques ne seront plus un frein pour recruter, et la qualité de service des administrations sera améliorée grâce à la technologie, etc.

Quelle place pour le design dans un monde post covid19 ?

Le design est une discipline qui propose des solutions. Les designers ont donc une opportunité d’appréhender cette crise dans une perspective créative, avec l’objectif de trouver des solutions, et pas uniquement d’analyser les problèmes. Je ne crois pas que cette crise est passagère. Elle va changer nos pratiques et le design doit nous permettre de réinventer ces pratiques. Comme je l’ai dit précédemment, l’industrie de la gastronomie, du tourisme, du divertissement, le travail et les espaces de travail doivent se réinventer : le design a définitivement un rôle essentiel dans ces changements.

Le design est également un outil qui permet d’imaginer le futur. Nous avions bien détecté les signaux d’une pandémie, mais nous n’y étions pas préparés. Le design et les études du futur (strategic foresight) doivent se mettre en place plus rapidement dans les entreprises, au sein du gouvernement, dans les politiques sociales, etc. pour imaginer des scénarios prospectifs et élaborer des stratégies. 

Un message ? une conclusion ? 

Cette crise nous rappelle combien le design a un rôle important dans les changements de pratiques. Elle constitue une opportunité pour donner une nouvelle direction vers des scénarios futurs plus positifs.