DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal Cotonou
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Découvrir la réalité du métier de designer par l’apprentissage

Découvrir la réalité du métier de designer par l’apprentissage
Mathieu Saulnier, apprenti chez Corep

Mathieu Saulnier témoigne de son parcours en apprentissage.

Quel est ton parcours de formation ?
Après un bac en sciences de l’ingénieur et un BTS en Microtechniques, j’ai senti le besoin de me rapprocher de l’usage et l’aspect sensible des objets que je concevais. J’ai décidé de me
tourner vers L’École de design Nantes Atlantique pour acquérir des outils de créativité afin de les allier avec mes connaissances techniques. J’ai réalisé la première année du cycle scolaire de l’école. J’ai ensuite goûté à l’apprentissage par le biais du BTS Design de produits. J’ai ensuite poursuivi en 3e année de bachelor avec la Classe internationale en spécialisation Brand Design pour m’ouvrir à de nouvelles cultures du design.
Enfin, j’ai obtenu ma place en programme de cycle master Management du design et de l’innovation en apprentissage pour parachever mon cursus scolaire dans le domaine de la création.

Locaux de l’entreprise Corep

Comment as-tu trouvé ton entreprise d’apprentissage ?
Pour mon BTS Design de produits, L’École de design m’a proposé des pistes d’entreprises qui m’ont amené à entrer chez Agriplas, à Dinard. Cette entreprise produit de nombreux flacons plastiques pour des secteurs variés. On y retrouve des flacons d’engrais, d’huiles moteurs, de produits ménagers, des gourdes pour sportifs ou même des cartouches de sauces alimentaires.
Dans le cadre de mon master, j’ai dû élargir mes recherches et me déplacer vers le sud. Après plus d’une centaine de mails et une dizaine d’entretiens, je suis entré chez Corep, sur Bordeaux.
Cette entreprise est spécialisée dans la fabrication de luminaires pour la grande distribution, de la lampe de bureau à la suspension en passant par le lampadaire. Les gammes sont nombreuses
et diversifiées. Corep n’avait pas pour objectif de prendre un apprenti mais la direction a su se montrer ouverte à l’opportunité d’agrandir son équipe de designers.

Quelles sont les missions qui te sont confiées ?
Dans ma première entreprise, il s’agissait alors de réaliser la forme des flacons, par le croquis, le rough et la modélisation 3D. On achète un flacon pour son contenu. Pour autant l’emballage reste le premier contact visuel avec le produit. C’était un vrai défi de créer un packaging qui suscite de nouveaux usages et retranscrive l’univers pour lequel il est créé. Comment faire pour qu’un utilisateur discerne un flacon d’huile moteur d’un flacon d’engrais d’un simple coup d’oeil ?
Ma seconde entreprise m’a confié le suivi complet de développement de luminaires. Du dessin à l’industrialisation des produits, je collabore avec de nombreux fournisseurs en France et à l’étranger. J’ai pu me confronter aux demandes des clients et aux contraintes industrielles. Il est facile de réaliser des objets beaux et chers mais l’esthétisme à moindre coût est un défi vraiment intéressant. Il en émerge une certaine fierté lorsque les produits se retrouvent suspendus dans le showroom et qu’on les retrouve ensuite dans les magasins.

Stockage des produits de Corep

Est-ce que ta vision du monde de l’entreprise a évolué depuis que tu es apprenti ?
Le premier avantage d’être apprenti est le droit à l’erreur. J’ai pu appréhender le monde de l’entreprise progressivement. Là où j’imaginais un secteur professionnel fermé, l’apprentissage a permis de créer un échange bilatéral. Tandis que mes tuteurs ont su m’enseigner la réalité industrielle, j’ai pu leur offrir un oeil neuf au regard des mes cours.

Qu’imagines-tu pour ton avenir en tant que designer une fois diplômé ?
Mon cursus en Classe internationale et mes contacts avec les fournisseurs internationaux pendant mon apprentissage, m’ont permis de prendre conscience qu’il existe de nombreuses
façons de penser le design. Maintenant que j’ai pu appréhender le monde professionnel du design en France, je souhaite profiter du système Erasmus+, prévu pour les apprentis, pour découvrir d’autres lieux, d’autres personnes et d’autres méthodes de design à l’étranger. Les pays nordiques m’intéressent particulièrement.

Quels conseils donnerais-tu à un futur apprenti ou à un lycéen qui se pose la question de choix entre la voie scolaire et l’apprentissage ?
J’ai vu de nombreuses personnes être déçues à la fin de leur études en découvrant la réalité de leur métier et des tâches qui leur étaient assignées. L’apprentissage donne une vision plus
concrète du travail de designer en entreprise, et évite de se tromper.
Mon conseil sera donc : Tentez votre chance ! N’hésitez pas à contacter des entreprises même si elles ne recherchent pas aux premiers abords d’apprentis. La plupart des structures ne se posent juste pas la question. De plus, votre initiative de les contacter sera toujours bien vu. Visez des entreprises qui vous passionnent, qui vous intriguent, elles vous motiveront pour le travail et donneront un but à vos études. Vous en sortirez plus convaincus dans vos choix, plus crédibles dans votre fonction de designer. Vous trouverez la récompense de vos efforts dans vos projets finalisés et dans votre rémunération qui vous rendra plus autonome.