Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Découvrir le métier de scénographe à Montréal grâce au stage

Découvrir le métier de scénographe à Montréal grâce au stage

Retour d’expérience de stage à l’international

Au cours de la 3e année d’étude, tous les étudiants du cursus Bac + 5 doivent effectuer un stage professionnel de 8 semaines pour valider leur année. A eux d’en choisir le domaine professionnel ou le pays en fonction de leurs envies.
Lola Bourasseau, étudiante en BDes Scénographie a opté pour le théâtre et le Canada.

Exemple de parcours d’étudiant et retour d’expérience de stage.

Lola, peux-tu revenir sur ton parcours et ton choix d’orientation en scénographie ?

“Avant d’intégrer L’École de design, j’ai obtenu mon Bac S Sciences de la Vie et de la Terre au lycée général Saint Gabriel (à Saint-Laurent sur Sèvre). Ayant déjà visité l’école plusieurs fois auparavant, j’ai choisi de m’inscrire en 1ère année, pour le cursus Bac + 5.
Après ma première année, axée sur l’apprentissage des fondamentaux et la découverte des différentes disciplines du design, la scénographie m’a attiré. J’aimais l’idée de pouvoir toucher à l’espace tout en y intégrant une notion de créativité dans les projets.

J’ai toujours eu en tête de travailler dans le domaine de l’espace. J’avais pour cela déjà réalisé un stage en merchandising (aménagement de vitrines pour une marque de luxe pour enfants). Ce qui me plaît dans ce métier, c’est de pouvoir concevoir un espace tout en y alliant une utilité. Faire passer de l’information, faire rêver le visiteur, le spectateur…”

Pourquoi avoir choisir Montréal pour faire ton stage ?

“J’ai eu la chance de trouver le contact de Sarah Balleux, scénographe, costumière et accessoiriste dans le domaine du théâtre au Canada. Elle est l’une des responsables de la compagnie de théâtre Advienne Que Pourra.
Je voulais connaître la pratique du métier de scénographe à l’étranger. Et pouvoir en retirer des différences avec la France pour m’enrichir. Je pense qu’on apprend beaucoup des autres.
J’ai ainsi pu constater qu’au Canada, dans le domaine du spectacle, le fonctionnement est très différent d’en France. La plupart du temps les scénographes travaillent à leur propre compte (avec parfois un(e) assistant(e)) et un(e) employé(e)) par des théâtres, des cirques, des compagnies… ou bien pour des metteurs en scène qui créent souvent leur équipe de travail lors de la création d’un projet.”

Quels apprentissages spécifiques as-tu acquis là-bas ?

“Cette multidisciplinarité m’a permis de travailler dans de nombreuses domaines : théâtre, cirque, comédie musicale. J’ai fait beaucoup de conceptions (recherches, moodboard, dessins, maquettes…) mais également des projets beaucoup plus longs et concrets. Voir la fin d’une phase de conception, en passant par le montage en atelier et jusqu’à la première en salle. J’ai également passé deux semaines en atelier où j’ai pu réaliser le côté pratique du métier ce qui m’a permis de mieux comprendre le fonctionnement des étapes de conception.
Les scénographes étant en lien entre eux continuellement, j’ai assisté à beaucoup de premières au théâtre, et donc vu les différents genres de spectacle qui étaient créés au Canada.

Cette expérience a confirmé mon souhait d’aller travailler à l’international et de m’investir dans le décor. Et pourquoi pas, lors d’un prochain stage, de découvrir celui de l’univers du cinéma cette fois…”