DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Simon Renault, médaille d’argent web design aux Olympiades des métiers 2018

Simon Renault, médaille d’argent web design aux Olympiades des métiers 2018

Après 3 jours de compétition à Caen (28 novembre au 1er décembre 2018) pour les finales nationales des Olympiades des métiers, le résultat : médaille d’argent pour Simon Renault en 3ème année de BDes Interaction Design. Bravo à Simon qui devient ainsi vice-champion de France et son coach, Charles Perinet, ex-champion de France en 2017 !

Simon témoigne de son expérience sur l’entrainement vécu et les épreuves des Olympiades des métiers en web design.

Simon Renault, médaillé d’argent en finale nationale des Olympiades des Métiers 2018 web design. Crédit photo : Worldskills France

Ça fait quoi d’être médaillé argent en web design aux Olympiades des métiers ?

Beaucoup de fierté d’en être arrivé là seulement un an et demi après avoir commencé à coder. Du soulagement aussi car j’étais un petit peu l’outsider, le seul designer parmi des développeurs. Je partais donc un peu désavantagé sur certaines épreuves.

Qu’est-ce qui t’a aidé dans l’école pour ça ?

Ce qui m’a aidé ce sont les bases acquises en cours. Ensuite, j’ai appris la plupart des compétences du concours en autodidacte. Ce qui m’a surtout aidé à l’école, c’est l’aide que m’a apporté Florent Michel, le responsable pédagogique du BDes Design d’interactivité, en me libérant du temps et en me soutenant dans certains moments. Le réseau de l’école m’a également beaucoup apporté ainsi que mon coach et juré Charles Perinet, champion de France de Web design aux Olympiades des métiers 2017 aujourd’hui diplômé de l’école.

Comment t’es-tu préparé à cette épreuve nationale des Olympiades des métiers ?

Tout au long de l’année, j’ai continué d’apprendre par moi-même la programmation web, cela a aussi orienté mon choix de stage entre la 2ème et la 3ème année de BDes. J’ai ainsi intégré Gide à Nantes, une agence de collecte traitement et visualisation de données d’études. Ce stage m’a permis de participer au développement de différents outils, notamment à des travaux de recherche UX, du design d’interface et finalement au développement des produits finis.

Au niveau de l’entrainement officiel pour l’épreuve nationale, j’ai participé à deux stages d’entrainement physique et mental avec les autres métiers de la région. Ce fut l’occasion de vraiment souder l’équipe et de se préparer au stress de la compétition.

Les entrainements sportifs m’ont vraiment permis de me dépasser, je suis peu sportif d’habitude mais je me suis retrouvé à faire des choses qui me paraissaient complètement inaccessibles auparavant. J’ai également fait attention à mon hygiène de vie : manger sain et faire attention à mon sommeil, aller courir de temps en temps aussi pour garder la forme. Il faut être bien préparé pour être confiant le jour J.

Enfin, 2 semaines avant le concours nous avons reçu de la part de l’expert métier Bertrand Souriau les "Test projects". Des sujets de préparation qui reflètent les épreuves de la compétition.

Les 3 médaillés de ces Olympiades des métiers 2018 webdesign - Crédit photo : Worldskills France

Sur quel type de sujet as-tu planché pour l’édition nationale des Olympiades ?

J’ai planché sur des sujets très différents :

• Le module Server Side qui consiste à créer un système de réservation de tickets en ligne et un espace d’administration en 3 heures.
• Le module design : développer une application mobile et la landing page de présentation du service sur Photoshop en 4h.
• Le module Layout, intégrer une maquettes en HTML/CSS en 4h.
• Le module Client Side, pour dynamiser des interfaces déjà développées à l’aide de Javascript en 3h. En l’occurrence j’ai choisi le Framework Front-End Vuejs. C’est pour moi le module que j’ai le mieux réussi.

Quel est ton ressenti sur les épreuves ?

La compétition est de haut niveau. La pression et le stress sont très compliqués à gérer durant les épreuves. Il faut être capable de se concentrer uniquement sur son travail et d’ignorer les milliers de personnes qui passent à coté de nous.

C’est dans ces moments là que l’équipe est extrêmement importante : avoir des amis pour nous réconforter quand ça c’est mal passé, des personnes avec qui partager les bons moments... c’est le véritable moteur pour avancer.

Quelles sont les difficultés que tu as pu rencontrer ?

La fatigue et le cadre de travail inédit m’ont fait perdre beaucoup de temps au début. Il faut s’habituer à être prêt mentalement alors que l’on se lève à 5 heures du matin. Il faut savoir travailler dans le bruit, avec des gens qui essayent de nous parler, de nous prendre en photos. Et puis bien sûr il y a la pression du chronomètre et les imprévus techniques. Il faut savoir réagir très vite car chaque seconde compte.

Qu’est ce qui a fait que tu t’es positionné sur ce concours des Olympiades des métiers ?

J’ai choisi de concourir aux Olympiades des métiers un peu par défi personnel. En effet, j’avais commencé le code seulement 6 mois avant qu’on me parle du concours. Cela m’a semblé un bon moyen de tester mes capacités. J’avais aussi un peu discuté avec Charles Perinet et Antoine Mazenot, respectivement médaille d’or en web design 2017 et 2015), tous les deux issus de L’École de design. La manière dont ils m’ont présenté le concours m’a beaucoup plu.

Quel est ton retour sur cette expérience des Olympiades des métiers ?

C’est une expérience humaine extraordinaire. On apprend beaucoup sur soi-même et sur ses propres capacités, ses forces, ses faiblesses. Je ressors de ce concours changé. Le fait de monter sur le podium au niveau national change certaines perspectives forcément.

 

Vidéo des Olympiades des métiers 2018 web design pendant les épreuves

Toutes les photos des Olympiades des métiers 2018

Les photos de @Worldskills France