DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Sarah Gergaud, étudiante en Game Design

Sarah Gergaud, étudiante en Game Design
Sarah Gergaud, étudiante en 2e année de cycle bachelor option Game Design

Entretien avec Sarah Gergaud, étudiante en 2e année de cycle bachelor sur la formation qu’elle reçoit en Game Design.

Pourquoi avoir choisi l’option Game Design pour ton bachelor ? Avais-tu imaginé suivre l’option Game Design avant d’arriver à l’école ?

Quand je suis arrivée en première année, j’avais déjà mon plan d’avenir : je rentre à L’École de design, je ressors Designer Industriel. Lors des choix de fin de première année, j’avais postulé pour le Design produit comme premier choix et en Game Design comme deuxième choix. Finalement, j’ai intégré l’option Game Design et je suis la première surprise à m’y plaire. Je ne regrette absolument pas et je me plais énormément dans cette filière. Je n’ai d’ailleurs jamais été aussi productive en terme de création !

Qu’est ce que tu apprécies dans la formation ?

Le fait qu’on touche à tout. Même si la plupart des sujets sur lesquels nous travaillons sont liés au domaine du jeu vidéo (ce qui paraît évident), nous avons des cours de graphisme, des cours de modélisations et des cours de codage (sur Unity et C#), nous explorons de nouveaux moyens de créations aux travers de workshops tout au long de l’année (créations de reportage, ou de jeu 2D sur Construct 2). De plus, au sein de notre petit groupe de 20 étudiants, nous avons des profils vraiment différents avec des styles particuliers, nous ne sommes pas tous ancrés dans la culture des jeux vidéos. Certains étudiants ne s’y intéressaient pas forcément avant d’intégrer la filière. De ce fait, ils ont un point de vue intéressant sur certains aspects de la création d’un jeu ou d’un gameplay. D’autres, au contraire avaient pour but d’intégrer cette nouvelle filière et cela se ressent dans leurs projets. C’est cette diversité que j’apprécie. Cette divergence de points de vue permet de créer des projets non seulement cohérents mais qui remettent également en question notre vision du jeu vidéo, notre façon d’appréhender un jeu (son univers, son gameplay). De plus, du fait de notre petit effectif, nous bénéficions d’une atmosphère très particulière, toujours à s’entraider et à partager, discuter de nos points de vues, ce qui est essentiel dans notre travail.

La formation Game Design

Qu’attends-tu de la formation ?

De manière générale, je m’attends à ce qu’elle m’apporte un moyen de m’épanouir dans mon futur travail, qu’elle m’offre des opportunités de rencontrer le maximum de gens possible dans le domaine du développement des jeux vidéos. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, créer un jeu vidéo n’est pas aussi facile que l’on pourrait le croire : il faut d’abord créer le concept, l’histoire derrière, en essayant de le rendre assez intéressant à jouer pour l’utilisateur, que ce soit dans le gameplay ou le sujet traité et comment le traiter : à travers un serious game ? Un casual game ? Un jeu de plateforme ? Un survival ? Il existe un grand nombre de style de jeu et autant de gameplay.

Ensuite, il faut le développer, créer son univers, à ce moment là, c’est beaucoup de graphisme et de créativité pour créer un univers et une histoire homogène et surtout qui tient debout, et là ce sont les parties les plus simples, parce qu’ensuite vient l’heure du développement et la mise en place du concept. Que ce soit un jeu de plateau, de cartes, vidéo ou autre, le passage du concept à la réalisation est toujours le plus complexe parce que tout dépend de cette étape. C’est la plus longue étape et la plus difficile parce que même si nous avons une idée bien définie du jeu, au cours du développement, nous sommes amenés à faire des concessions et à modifier ce que nous avions prévu. Autrement dit, c’est la partie la plus frustrante de la réalisation d’un support de jeu. Ce que j’attends de cette formation, c’est qu’elle nous donne les clés pour canaliser notre imagination et notre créativité afin d’en faire quelque chose de constructif et stimulant, qu’elle nous guide pour devenir des Game Designers originaux et passionnés.

Quel est ton Game Designer préféré ?

Je n’ai pas de Game Designer désigné comme tel, mais si je devais en citer ici, ce serait probablement Ashraf Ismail, pour la principale raison qu’il est à l’origine de la trame historique d’Assassin’s Creed : Origins et Assassin’s Creed IV: Black Flag, qui sont, mes deux jeux vidéos préférés. Ou encore Lucas Wall et Robin Hjelte, qui font partis du studio indépendant Forgotten Key. Ils ont notamment développé AER : Memories of Old, sorti en 2016. Je n’ai pas énormément de références, je ne joue pas beaucoup. Les personnes que j’ai citées ne sont pas mes Game Designers “préférés” mais plutôt des exemples de carrière ou des gens qui me donnent encore plus l’envie de continuer ma formation et d’y arriver.

Game addict ou chocolate addict ?

Disons que manger du chocolat et jouer aux jeux vidéos ne sont pas deux activités incompatibles... mais je penche quand même pour le chocolat :)

Ton jeu préféré ?

J’ai énormément de jeux préférés pour la simple et bonne raison que je tire quelque chose de chaque jeu auquel je joue, que ce soit au niveau d’une atmosphère particulière, d’un gameplay intéressant ou non, d’un univers original ou non, cela constitue ma “bibliothèque du ressenti”, ce qui me permet dans mes projets de savoir si ce que je produis au regard d’un sujet ou d’un thème donné est pertinent ou non. Néanmoins, si je devais n’en citer qu’un, ce serait la série des Professeur Layton, surtout parce que ce sont des jeux auxquels toute ma famille joue, chaque histoire est basée sur la résolution d’énigmes, on doit se creuser la tête pour trouver les solutions, cela nous apprend à avoir une certaine dextérité d’esprit, n’en déplaise aux détracteurs du jeu vidéo.

Le jeu que tu rêverais de développer ?

Le prochain Assassin’s Creed, sans aucune hésitation. Cette série est vraiment impressionnante, l’équipe de développeurs, la direction artistique, la base de chacun des jeux tourne autour d’événements historiques réels auxquels ils rajoutent leurs univers d’Assassins et de Templiers. Il y a tellement de travail derrière chacun d’eux, ils arrivent à sortir un jeu fonctionnel en si peu de temps que cela force le respect, me donne envie d’intégrer cette équipe, de travailler dur, de les aider et d’apporter ma petite touche aussi dans le principe.

Comment t’imagines-tu dans 5 cinq ans ?

Avoir mon diplôme ☺. Sinon, j’aimerais travailler à l’étranger, dans les pays scandinaves, car ils ont une approche du jeu plus poétique et minimaliste qu’en France ou d’autres pays anglophones. J’essaye de viser les studios indépendants (comme Forgotten Key ou Thatgamecompany) pour commencer et avoir quelques projets à mon actif avant d’entrer dans une plus grande structure comme Ubisoft ou Arkane Studio. Quant aux projets, je souhaite développer des jeux qui font réfléchir, soit par le sujet, soit par le gameplay. Ce qui est sûr, c’est que cette filière me permet de m’épanouir jour après jour, de laisser libre cours à mon imagination à travers les projets et leur difficulté propre. Game Designer est un métier riche en diversités et en connaissances, nous sommes amenés à travailler avec des gens incroyables et uniques, qui nous apportent leurs réflexions pour créer quelque chose qui nous rassemble.

 

Découvrez le guide des formations Digital Design by L’École de design