Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Portrait de Seunghoon Han

Portrait de Seunghoon Han

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Seunghoon Han et je suis originaire de Corée du Sud. Je suis arrivé en France il y a 6 mois. Dans cette école, je suis le plus âgé des étudiants. Je suis sorti diplômé de l’université il y a 10 ans et j’ai travaillé dans le secteur du design pendant environ 7 ans en Corée. C’est en suivant des cours de « Design universel » que m’est venue ma passion pour le design pour tous, plutôt qu’un design plus confidentiel. Cela a représenté un tournant. J’ai eu la chance de travailler à Séoul pour plusieurs sociétés ambitieuses qui m’ont permis de couvrir un large éventail de domaines dans le design, du design applicatif au design urbain à grande échelle. Aujourd’hui, j’étudie à L’École de design pour approfondir mes connaissances.

Tu as débuté tes études en Corée. Pourquoi avoir choisi de les poursuivre à l’étranger, et pourquoi en France ?

Reprendre ses études après un parcours professionnel n’est pas une décision facile à prendre. Laissez-moi vous exposer mes motivations. Le design environnemental est de plus en plus en vogue, non seulement en Corée, mais aussi dans le monde entier. Dans le contexte actuel de globalisation, créer en mêlant diverses cultures, personnes et expériences d’apprentissage peut m’aider à avoir une vision plus large du design. Plus que tout autre pays, la France est réputée pour accueillir de multiples cultures dans une harmonieuse cohabitation. Selon moi, la France parvient à maintenir cette harmonie multiculturelle en préservant sa propre culture et en créant des modèles modernes et originaux. Je me suis donc demandé « Pourquoi ne pas découvrir différentes perspectives de design et acquérir une nouvelle expérience en France ? ». C’est ainsi que j’ai choisi d’étudier à L’École de design.

Quel est ton avis sur la formation que tu as suivi en Corée ?

Pour commencer, c’est une bonne chose d’avoir suivi des cours pratiques que j’ai pu mettre à profit sur le terrain après mes études. La première année, le cursus ciblait davantage la pensée créatrice, ce qui était plutôt intéressant. Ensuite, les étudiants étaient répartis dans des spécialisations afin d’approfondir les enseignements. Lorsque j’y repense, je dirais que les enseignants et les étudiants étaient un peu passifs et manquaient de « folie » dans leur pratique du design. En tant que novice, j’aurais pu davantage expérimenter, je n’ai pas assez essayé et échoué pour mieux apprendre.

Pourquoi as-tu choisi le programme MDes Mutations du cadre bâti ?

Personnellement, le « Design durable » m’intéresse vraiment, c’est dans ce domaine que j’ai commencé à travailler. J’ai donc pensé qu’il serait formidable de rester dans ce même domaine, mais avec une vision plus large du design avec ce cours. Selon moi, la notion de « durable » est aujourd’hui devenue incontournable dans notre vie du quotidien. Je pense que le programme MDes Mutations du cadre bâti, est un enseignement très utile pour tout designer environnemental. Pour ma part, j’ai considéré qu’il serait préférable d’étudier et de travailler sur la façon de changer ou de faire évoluer les choses de manière pertinente, plutôt que de réaliser de toutes nouvelles créations, de A à Z. Au-delà des considérations relatives à notre monde, j’ai été séduit par les nouvelles opportunités qui s’offriraient à moi au travers des partenariats entreprises. Je suis très heureux de pouvoir travailler avec d’autres étudiants issus de différents univers.

Quel retour fais-tu sur ton intégration au sein du programme MDes ?

Mon intégration s’est bien déroulée. Il est intéressant de découvrir différentes méthodologies, différentes cultures et différents raisonnements en fonction de l’origine des étudiants. J’ai pu profiter indirectement de précieuses expériences. Le projet à long terme sur lequel j’ai travaillé portait sur le thème « travailleur », un travail sérieux et intéressant. Les autres étudiants en cours d’intégration et moi-même avons débuté avec des réflexions simples et personnelles avant de développer et d’approfondir le thème. Plus important encore, j’ai beaucoup appris auprès de mes camarades. Ensemble, nous nous sommes inspirés et encouragés mutuellement.

et Nantes, qu’en penses-tu ?

Je dirais que Nantes est une ville que je souhaite découvrir par moi-même, un peu comme un terrain enneigé qui ne se dévoilerait que pour moi. J’ai réalisé que la ville était bien plus attrayante que tout ce que j’avais pu entendre à son sujet avant mon arrivée. J’aime cette ville. Elle semble avoir été développée et urbanisée de manière à conserver son âme. Au-delà de son développement, c’est une ville que je recommande sans conteste pour y étudier et y rencontrer des personnes très accueillantes. Je conseille Nantes à toute personne qui souhaite étudier le design urbain, environnemental ou paysager. Elle est le lieu idéal pour expérimenter en personne le développement urbain. C’est en tout cas mon sentiment et je tire beaucoup de plaisir à étudier la « Ville durable » au sein de L’École de Design à Nantes.

Qu’est-ce qui te surprend le plus en France et à Nantes ?

J’ai été surpris par certaines choses. Pour commencer, le magnifique environnement. J’ai eu l’impression d’être enveloppé par la nature. La couleur du ciel au coucher du soleil m’étonne chaque jour. Je suis également surpris de voir les magasins fermés le week-end. Bien que cette fermeture ne soit probablement pas pratique pour les Français, ces derniers semblent accepter et respecter cette règle, quitte à ne pas gagner plus d’argent et à ne pas pouvoir profiter des magasins le week-end. Pour finir, je souhaiterais parler de l’accueil. Je viens de Corée du Sud. Je pense que nous sommes l’un des pays les plus agréables et les plus hospitaliers. Pourtant, ici, je trouve cela aimable et accueillant de dire « bonjour », quel que soit le lien partagé avec les personnes. Quand je visite Paris néanmoins, je suis parfois sur mes gardes. Ce sentiment pourrait constituer une piste de travail pour un designer.

Comment te vois-tu dans 5 ans ?

Aujourd’hui, je suis satisfait de mes études à L’École de design. J’ai pour ambition de travailler dur, d’exploiter au mieux mon programme d’études, tout en encourageant mes camarades à viser ensemble de bons résultats. Dans 5 ans, je serai certainement fier d’avoir étudié ici et j’espère pouvoir être un ambassadeur de L’École de design. C’est avec plaisir que je mettrais mes qualités de designer et de professionnel de la ville durable au service d’un organisme public en Corée. Je pourrais travailler au sein d’un organisme gouvernemental ou enseigner à des étudiants en apportant un souffle nouveau. Fort des connaissances que j’aurai acquises, j’espère pouvoir contribuer à améliorer la beauté de notre vie au quotidien.