Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Success Story Partenariat : Tuito

Success Story Partenariat : Tuito
Projet de station de contrôle sous-marine par Juliette Paugam et Lisa Mouen

Les partenariats école/entreprises/institutions sont essentiels pour éprouver le monde professionnel

Pour cela, l’école a mis en place des méthodologies de projets spécifiques et propres à chaque structure dans les différents métiers du design.
C’est dans le domaine des IHM qu’officie l’entreprise Tuito, start-up spécialisée dans les interfaces hommes machines intelligentes pour les professionnels et qui a collaboré avec nos étudiants au printemps 2018. Description du processus et des attendus d’une étude prospective en 4 phases avec son co-fondateur, Jérôme Vial.
 

Start up spécialisée dans l’IHM

Jérôme Vial et Laurent Molac sont les co-fondateurs de Tuito, jeune start-up marseillaise spécialisée dans les solutions interactives pour les applications professionnelles où la visualisation de données et les interfaces Homme-Machine sont des facteurs essentiels. Les écrans intelligents, les interfaces naturelles (reconnaissances vocales, reconnaissance de mouvements ou de visages, affective computing) apportent de nombreuses innovations d’usages qui peuvent permettre un gain de productivité et un usage plus fin des outils de contrôle, de monitoring et de prise de décision.
Depuis le lancement, nous savions que le design (UX/UI) serait critique pour nous non seulement pour mettre en valeur nos services et produits mais surtout proposer de vraies solutions sur le marché. Beaucoup de nos technologies sont dérivés des applications interactives que l’on peut avoir dans le monde grand public (Tablette, Téléphone, …). Il était naturel pour nous de nous tourner vers une équipe de designers jeunes et sensibles à ces technos.” Ainsi est né le partenariat, sous la forme d’une étude prospective, projet long de 12 séances de 4 heures encadrées par un Edouard Durand, designer et responsable pédagogique du cycle bachelor Game design, des consultants et 18 étudiants du cycle bachelor Interaction design.

 

 

Scenario d’usage du concept Exocam (mobile et exosquelette) de Dingley Lewis, Anne Camille Hamelin et Enzo Zouaoui

Un projet en 3 phases et à double objectif pour les étudiants

Une fois la problématique de départ posée (“Imaginer de nouveaux concepts d’utilisation à partir des innovations technologiques autour des IHM”), un double objectif a été confié aux étudiants :

1) comprendre à la fois les besoins des clients de Tuito (intégrateur de systèmes de solutions complexes dans des espaces et environnements contraints à forte technicité comme les sous-marins…) et les opportunités d’évolution de leurs pratiques.

2) Illustrer ces concepts à travers des démonstrateurs (fonctionnels ou sous forme de vidéos) qui permettront à Tuito d’avoir des supports de médiation et de démonstration de leurs technologies. L’objectif étant que le client final puisse se projeter sur ses propres usages, les définir finement sans se contraindre à ce qu’il connait et facilite sa prise de décision pour opter pour ce genre de dispositif.

Du côté des étudiants, le but est bien d’apprendre, au travers de l’exercice, à gérer un projet long de manière cohérente, d’organiser leur réflexion et leur production selon un planning précis et dans le respect des délais, de créer un service prenant en compte les usages industriels de contrôle, de monitoring et de prise de décision, de communiquer autour du projet et enfin de produire un démonstrateur permettant de visualiser les choix design et d’éprouver l’expérience utilisateur.
Le travail en 3 phases permet de recadrer le projet globalement et d’aligner les intérêts. 8 groupes ont été créés et ont apporté un œil nouveau à la problématique. “Tous les binômes ont explorés des segments différents. Ils ont parfois confirmé certains de nos postulats mais souvent offert une nouvelle vision. Cette approche design, loin de notre vision technologique, a été très enrichissante.

Concept de partage d’écran d’échographie sur demande par Morgane Boileau et Clémence Delin

Bilan de l’action : sortir de la technologique pure

Le fait de proposer plusieurs groupes de travail en parallèle travaillant sur un même produit mais avec des applications différentes, est souvent très positif pour le partenaire. Les concepts répondent souvent à leur besoin de se confronter à plusieurs applications.
Nous espérions ressortir avec de nouveaux concepts pour mettre en avant nos solutions et leurs atouts. Nous avons été ravis du résultat. Certains binômes sont partis sur des segments très complexes et très contraignants mais tous ont apporté une nouvelle vision, une solution et une approche. Nous voulions remettre l’homme-opérateur au centre de la réflexion et non pas la technologie, les étudiants l’ont vraiment bien compris. Ils nous ont aidés à sortir de notre environnement technologique pur.”
La prise de recul engendrée par ces nouveaux concepts est salvatrice. Elle permet souvent de sensibiliser en interne sur le bien-fondé d’un point technologique. “Historiquement, notre groupe a toujours été emmené par la technologie. Le travail avec les étudiants de L’École de design a fait réagir les équipes produits et la direction sur la façon d’appréhender nos solutions, de les penser et les concevoir plus largement.”
Au niveau de la communication aussi les choses ont évolué. “Nous nous sommes rendus compte que le discours que nous avions était trop poussé, trop technique pour nos prospects. Il a donc fallu l’ajuster, expliquer petit à petit, pas à pas à quelle étape du développement nous étions”. Nous avons donc ajuster le discours au marché et sommes ainsi repartis sur des bases nouvelles.
L’impact très positif en interne où les équipes vont plus loin dans leur analyse et leur réflexion et en externe où le travail des étudiants nous a aidé à démontrer la valeur de nos solutions à nos prospects et l’intérêt de notre démarche” conclut Jérôme Vial.

À lire également