Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Impacts #5 - Andrews-Junior KIMBEMBÉ, alumni 2009, designer chez Google

Impacts #5 - Andrews-Junior KIMBEMBÉ, alumni 2009, designer chez Google

« Le futur se façonne et quand on est designer, on ne peut que bien le façonner !»

“Être designer UX,c’est un peu comme jouer aux échecs, s’amuse Andrews-Junior, il faut savoir planifier plusieurs coups à l’avance et plus on a de l’expérience, meilleur on est !”. Anticiper, essayer de comprendre la complexité du cerveau humain, se mettre à la place de l’utilisateur, c’est précisément le challenge quotidien d’Andrews-Junior, designer chez Google à Mountain View, en Californie.
D’ailleurs avec le nouveau projet «Android Auto», Andrews-Junior et son équipe ont cherché à appréhender toutes les fonctions du téléphone qu’un conducteur aimerait utiliser en voiture. Grâce à ce nouveau logiciel, l’écran de la voiture prend le relais du téléphone et des commandes vocales permettent de se diriger, d’écouter de la musique et de communiquer avec les autres en toute sécurité.
“La contrainte majeure dans ce projet résidait dans la sécurité, explique Andrews-Junior, car l’utilisation des portables au volant est à l’origine d’un quart des accidents. Et cette interface est un produit particulièrement innovant au regard de ce qui existe déjà”.

Salarié de Google depuis près de 4 ans, Andrews-Junior se dit «chanceux ».

Il se souvient d’ailleurs de cette phrase lancée par la directrice des ressources humaines au moment de son recrutement : “Il y a plus de chance de rentrer à Harvard que d’être embauché chez Google !”. Une façon de lui dire que le géant Google n’embauche que les meilleurs, ce qui l’avait fait sourire à l’époque. “Il y a une grande liberté chez Google, reconnaît Andrews-Junior, car nous pouvons faire les meilleurs produits sans nous soucier de leur rentabilité immédiate, et notre impact est vertigineux. Nos produits peuvent toucher jusqu’à 100 millions d’utilisateurs dans le monde !”

Dans les années à venir, Andrews-Junior aimerait continuer à travailler pour les produits tangibles qui allient logiciel et industrie. Il envisage le monde de demain avec une certaine confiance. “Quand j’imagine le futur, confie-il, je me dis qu’on ne peut qu’être optimiste car le futur se façonne et quand on est designer, on ne peut que bien le façonner !”

Contact :
Maud MEUDIC
Responsable des stages et de la professionnalisation
anciens@lecolededesign.com