DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Ophélie Jaret, une designer en quête du mieux vivre ensemble

Ophélie Jaret, une designer en quête du mieux vivre ensemble

Âgée de 28 ans, Ophélie Jaret, diplômée de L’École de design Nantes Atlantique, a remporté le vote du public de Design L’Expo 2019 (10 000 visiteurs) pour son projet « Smile in the Light ». Il est le fruit de longs mois de travail et d’une réflexion sur sa vision du design et de la place du numérique dans la ville. Rencontre avec celle qui se veut « actrice du bonheur en société ».

 

Un parcours scolaire dense et professionnalisant

Ophélie Jaret

À 21 ans, Ophélie intègre L’École de design Nantes Atlantique pour le BDes Interaction Design, suivi d’un MDes Management du design et de l’innovation. Ces 5 années passées ont été très formatrices. Elle retient d’abord le fait que la plupart de ses professeurs sont eux-mêmes designers. Grâce à la renommée de l’école, elle s’est construit un solide réseau. Autres atouts de sa formation : l’alternance et la diversité des workshops.

« Régulièrement, l’école a organisé des workshops en regroupant les différentes filières, c’est très enrichissant. L’École de design Nantes Atlantique est l’unique école à proposer l’alternance pour les deux dernières années de cycle master. C’est une belle opportunité professionnelle ».

Ophélie a donc partagé son temps entre Schneider Electric à Grenoble (6 semaines) et l’école (3 semaines). Ce rythme lui a permis de travailler sur des projets de long terme et de faire naître son projet de fin d’étude « Smile in the Light ».

Une designer optimiste

Dans la vie, Ophélie est une jeune femme enthousiaste, enjouée et qui cherche toujours à apporter du sourire aux autres. C’est d’ailleurs ce qui la motive et nourrit sa vision du design.

« Nous vivons dans une société individualiste et pessimiste où les gens ne sourient plus par crainte de l’autre, à cause du repli sur soi avec les écrans ».

Ce constat, elle l’a fait suite à une enquête sur le terrain. En une journée dans la rue, Ophélie n’a eu le droit qu’à 9 sourires.

« J’ai eu envie de recréer du lien social, de travailler sur le mieux vivre ensemble. J’ai donc choisi le design social et je me définis comme une designer optimiste. Je veux diriger l’innovation vers une société de partage axée vers le bien être individuel et collectif ».

Cette envie est le fruit de longs mois de recherche et de réflexion sur le mieux vivre ensemble. Elle a d’ailleurs écrit son mémoire sur « Le bonheur en société ». Même si les gens sont à la quête d’un bonheur individuel, celui-ci passe aussi par la collectivité en créant des citoyens acteurs de leur société.

« C’est pour cela que je m’inscris en tant qu’actrice du bonheur en société par la vision du design mais j’invite aussi à l’interaction pour que chaque utilisateur devienne acteur ».

Son travail s’inspire du mouvement Fun Theory, un groupe de designers et de développeurs créé par Volkswagen. Il répond à des problématiques sociétales en apportant du fun dans la ville pour inciter les gens à être vertueux (autant vis-à-vis d’eux-mêmes que de l’environnement).

Et le fun, elle en a mis dans son projet de fin d’études.

"Smile in the light", projet de fin d’études d’Ophélie Jaret

« Smile in the Light » : une expérience numérique physique

Pour répondre aux problématiques actuelles, celles d’une société individualiste, Ophélie a donc imaginé « Smile in the Light ». Le principe : projeter le soir, pendant que les usagers attendent de longues minutes le tramway sur les quais, des jeux interactifs basés sur des jeux d’arcade connus de tous : tétris, pong, etc.

Ce travail technique de captation et de projection permet de jouer grâce à ses déplacements sur le quai. Il est le fruit d’un travail d’équipe avec le Civiclab de Grenoble, grâce auquel Ophélie a pu monter une équipe projet composée de développeurs et de professionnels. A ce titre, la jeune designer a également remporté le prix du Civiclab. « Smile in the Light » permet de créer une interaction sociale, de réveiller une convivialité et chacun rentre chez soi ... avec un smile !

« J’ai eu envie de proposer une expérience sociale basée sur le jeu, car le jeu fédère et est intemporel. Le jeu casse les barrières, c’est un langage universel. Vivre cette expérience amène l’utilisateur à être acteur et lui permet de prendre conscience que chacun peut décider de mieux vivre avec l’autre ».

Présenté lors de la neuvième édition de Design L’Expo 2019 organisée par L’École de design Nantes Atlantique, « Smile in the Light » a gagné le prix du public. Présente de début décembre 2019 à mars 2020 au cœur du quartier de la création de l’île de Nantes, l’exposition voyage désormais en France et à l’international.

Heureuse et fière d’avoir obtenu ce prix, elle a surtout découvert l’envie d’entreprendre. Designer indépendante, Ophélie veut continuer à apporter du jeu et du fun dans ses solutions et montrer que le numérique peut embellir une ville. Rare sont les femmes designer dans le secteur numérique…une exception de plus pour cette femme qui développe un projet design drôlement fun !