DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal Cotonou
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Noëlline Demeilliers, l’enthousiaste née

Noëlline Demeilliers, l’enthousiaste née
Noëlline Demeilliers

Le design en Belgique, France, Inde, Russie, Angleterre… Être mobile, un état d’esprit !

Pourquoi et comment t’es tu intéressée au design ? Explique-nous ton parcours.

Après un Bac ES option maths et arts plastiques, comme beaucoup de gens j’étais un peu indécise et je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire. J’ai entendu parlé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Saint Luc (ENSA) à Tournai en Belgique et j’ai tenté ma chance. Ca m’a plu et j’en ai fait ma carrière. J’y ai obtenu un bachelor en stylisme de l’objet et esthétique industrielle. Une école où l’on m’a enseigné le design de produit. Nous faisions beaucoup d’atelier pour créer les prototypes de chacune de nos créations. 

Puis, je me suis tournée vers L’École de design Nantes Atlantique. J’y suis entrée en 3eme année classe internationale option « Brand Design ». Une année brillante et pleine de rencontres, d’échanges et de créativité : un tremplin qui m’a poussé à partir ensuite pour réaliser mon master en Asie à l’India Studio. Je suis partie faire un stage en design industriel chez Tycka pendant six mois puis j’ai suivi le programme Design & interculturalité en Inde. Design Thinking et indépendance sont les maîtres mots de ce master. J’ai fini mes études sur un stage à Moscou en Russie chez Art Lebedev Studio.

Pourquoi avoir fait le choix  de suivre le programme Design & Interculturalité en Inde ?

Je pense que la raison principale était le challenge. L’Inde est tellement chaotique et excitante. L’école offrait une magnifique plateforme pour tirer un maximum de toute les opportunités que nous offrait ce vaste pays. Ca et puis le soleil aussi !

Vivre ou étudier à l’étranger, qu’est ce que cela signifie pour toi ? Qu’en retires-tu ?

Sortir de sa zone de confort, changer de repères, apprendre à connaître ses limites, essayer de comprendre une autre langue... le cerveau est sans cesse poussé à penser différemment, à voir plusieurs possibilités et choisir la meilleure : économiquement, socialement, de la conception jusqu’aux mains de l’utilisateur. Une qualité précieuse dans mon rôle de designer. 

Qu’est que tu retires de tes 2 ans en Inde ?

Bien sur, du point de vue du design, Bangalore est la ville parfaite : son côté industriel, peu coûteux ajouté à ses artisans locaux, c’est un melting pot créatif. L’école offrait une magnifique plateforme pour tirer un maximum de toutes les opportunités que nous offrait ce vaste pays. 

A travers l’école mais aussi les stages j’ai pu voir mes projets mûrir et devenir réels. J’y ai acquis des connaissances anthropologiques et un grand sens de l’empathie. J’ai appris à réfléchir autrement et à voir les problèmes sous tous les angles afin d’avoir les meilleurs bases pour mettre en place un projet/ solution. Ces qualités sont vraiment appréciées par mes employeurs actuels qui en voyant cette expérience sur mon CV ont été très intrigués. 

Noëlline Demeilliers

Aujourd’hui, tu commences ta vie professionnelle en Angleterre. Que fais-tu à Londres ?

Ca fait maintenant 5 mois que je suis UX designer pour la BNP Paribas à Londres. J’y créé des services et applications liés au trading en relation avec des développeurs. J’ai un contrat VIE pour l’instant. Ce type de contrat parfois débouche sur des positions permanentes mais je ne sais pas encore si je souhaite faire carrière dans le milieu financier même si j’aime beaucoup les costards-cravate ! 

Quels conseils pourrais-tu donner aux étudiants de l’école ou à des futurs étudiants en design ?

Il faut apprendre à être mobile ! Ce n’est pas toujours synonyme de sacrifice, bien au contraire.

Que te vois-tu faire dans 5 ans ? 

Cette question est celle que je redoute le plus. Pour moi, la vie est faite d’opportunités qui peuvent se présenter n’importe quand et balayer l’image que l’on s’était faite de sa destiné. Il y a quelques mois encore, je n’aurai jamais imaginé travailler pour une banque et pourtant j’en suis très heureuse. Cependant, j’aimerai beaucoup m’envoler pour San Francisco et y mener une carrière de « Design researcher ».  

Une devise ? un motto ?

Simple and usable.