Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Marcelo Coelho, UX Designer

Marcelo Coelho, UX Designer

Portrait d’un UX Designer

Marcelo Coelho est originaire du Brésil. Après un cycle bachelor en design visuel à São Paulo et trois ans en entreprise en tant que designer d’interactivité, Marcelo a passé avec succès un MDes Tangible UX Design à L’École de design. Nous avons interviewé ce jeune professionnel talentueux.

 

Marcelo Coelho

D’où viens-tu et quel est ton parcours scolaire avant ton arrivée à L’École de design ?

Je suis originaire de Porto Alegre, une ville située au sud du Brésil, près de la frontière avec l’Argentine et l’Uruguay. J’ai effectué mes quatre années de licence de design visuel à l’ESPM, un des meilleurs programmes de design au Brésil, dont la particularité est de proposer de nombreuses disciplines orientées sur l’entreprise, par exemple la stratégie de gestion, le marketing et la finance.

Aquiris est le studio indépendant de jeux vidéos le plus important d’Amérique du Sud

Avant de commencer ton MDes, tu as travaillé durant trois ans. Que faisais-tu et que t’a apporté cette expérience professionnelle ?

Mon premier emploi fut celui de designer d’interactivité chez Aquiris, le plus grand studio de jeu vidéo indépendant d’Amérique du sud où j’ai effectué un travail de conception d’interface et d’expérience utilisateur pour des jeux sur mobile, ordinateur de bureau et console. J’ai aussi eu l’opportunité de travailler avec des clients internationaux tels que Cartoon Network et l’éditeur californien Rumble Games. L’un de nos jeux, dont j’ai conçu le logo, a même été classé en tête des ventes de jeux en novembre 2013, tant sur l’App Store que sur Google Play !

J’ai ensuite été invité à diriger une équipe de quatre développeurs et quatre analystes réseaux sociaux dans une agence nommée Protarget, où j’étais responsable du secteur des projets numériques. J’y ai acquis une large expérience en travaillant sur différents types de projet numériques, des applications mobiles jusqu’aux campagnes de médias sociaux en passant par des plateformes d’apprentissage en ligne et les jeux. J’ai conçu et géré le développement de plus de 40 projets de plus ou moins grande envergure. Sur toute ma période d’activité au sein de l’agence, 13 récompenses « Site of the Day » ont été décernées. Ce travail m’a apporté une grande expérience et de nombreuses connaissances, en particulier dans le domaine du leadership et des affaires. Exercer les fonctions de manager et de designer est cependant devenu une charge tellement écrasante que j’ai décidé de revoir mon plan de carrière et de suivre un master dans un autre pays que le Brésil.

Pourquoi avoir choisi d’effectuer ton MDes en France et pourquoi à L’École de design ?

À l’époque où je cherchais un master, en 2015, mon projet était de me préparer au fait qu’Internet allait dépasser la frontière des appareils pour pénétrer tous les aspects de nos vies. Cette révolution pouvait tout aussi bien être fabuleuse, comme elle pouvait être un véritable enfer : les sociétés cherchaient à intégrer des écrans à tous les produits sans réfléchir davantage, par exemple des réfrigérateurs avec un accès à Twitter ou encore des grille-pains intelligents. L’expérience utilisateur s’annonçait donc déterminante pour transformer ces nouveaux objets en produits utiles et pertinents et éviter qu’ils ne deviennent que de simples gadgets.

Lors de mes recherches en ligne, j’ai trouvé le programme « Tangible UX Design » de L’École de design Nantes Atlantique. J’ai tout de suite su que c’était le programme idéal pour moi. Je possédais déjà de l’expérience dans la conception d’applications, de sites Internet et autres choses exigeant une interaction directe. Ce programme était intelligemment axé sur la création de produits basée sur une contribution indirecte des utilisateurs, en analysant des modèles de données, en utilisant l’intelligence artificielle ou divers capteurs. Je pense que c’est là qu’est le futur : des produits dans lesquels nous, designers, nous occupons de toute la partie interaction ou au moins une grande partie, de sorte que les personnes puissent profiter de leur vie loin des écrans et se concentrent sur ce qui compte : la famille et les amis.

Tu as réalisé ton stage de fin d’études MDes chez Evernote, une société connue pour aider les gens à mieux organiser leur vie. Pourquoi avoir choisi d’effectuer ton stage au sein de cette société ?

La mission d’Evernote, qui consiste à lutter contre la surcharge d’informations et à améliorer la productivité, et non de développer une dépendance aux applications, était très proche de ma propre mission en tant que designer. C’était aussi l’occasion de travailler sur un produit que j’utilisais tous les jours et de découvrir l’environnement de la Silicon Valley, rêve de tout concepteur travaillant avec la technologie. Finalement, la décision a été facile à prendre !

Quel était ton poste ? Que t’ont apporté ces mois passés chez Evernote ?

Avant d’arriver chez Evernote, j’avais peur de ne travailler que sur de petits projets ou des projets qui ne seraient pas publiés. Or, dès la première tâche qui m’a été confiée, j’ai été entièrement intégré à l’équipe et j’ai pu contribuer de manière significative au produit, ce dont je suis reconnaissant. J’ai travaillé pendant trois mois au sein de l’équipe axée sur le produit Business d’Evernote, et le dernier mois avec Growth, l’équipe qui optimise le produit dans tous ses aspects afin de renforcer l’engagement des utilisateurs et d’améliorer la monétisation. Mon avis ne pourrait pas être plus positif : l’équipe m’a bien accueilli, l’environnement de travail était formidable et je pense avoir noué des relations qui, espérons-le, seront durables. Je ne peux pas dire avec précision sur quels projets j’ai travaillé puisqu’ils sont encore en développement, mais ils seront bientôt disponibles ou visibles dans mon portfolio.

Tu viens de passer ton examen final qui conclut ton MDes axé sur les interfaces tangibles. Comment imagines-tu le début de ta vie professionnelle ? Quelles sont tes attentes ?

Après cette expérience, je peux maintenant me définir clairement en tant que designer produit au sens où l’entendent les entreprises technologiques, spécialisé dans les projets numériques et l’aspect tangible. Cela implique un lien étroit non seulement avec l’expérience utilisateur et l’analyse de données, mais aussi avec les aspects commerciaux des projets - en d’autres termes, réfléchir au potentiel du marché, aux stratégies pour gagner et conserver des utilisateurs, aux possibilités de monétisation.

Au terme de mon stage chez Evernote, on m’a proposé de rester, mais l’ouverture des inscriptions pour obtenir un visa de travail aux États-Unis n’est qu’en en avril 2019. J’ai donc décidé de rentrer en France. Actuellement, je recherche des opportunités professionnelles en région parisienne. Au début, j’étais réticent du fait que mon français n’est pas encore très bon, mais après avoir reçu mes résultats finaux et constaté que j’étais classé major de promotion au READi Design Lab, je suis très optimiste quant à ce nouveau début de carrière hors du Brésil et j’espère pouvoir bientôt offrir ici d’excellentes expériences utilisateur !