Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Stage de fin d’études au MIT pour Marc Teyssier

Stage de fin d’études au MIT pour Marc Teyssier

Marc Teyssier, étudiant en 2e année de cycle master UX Design/Réalité virtuelle & design effectue son stage de fin d’études au Massachusetts Institute of Technology à Boston. Il nous livre ses premières impressions.

Marc Teyssier

Pour combien de temps es-tu au MIT ? Depuis quand es-tu arrivé ?

En fin de cursus à L’École de design nous devons réaliser un stage de fin d’études de minimum 13 semaines, mais pour vivre au maximum de cette expérience j’ai souhaité rester le plus longtemps possible à Boston. Mon travail en tant que Visiting Research Assistant va durer 6 mois. Cela fait maintenant deux semaines que j’ai commencé mon travail au MIT.

Qu’est-ce qui te frappe le plus au MIT ?

J’ai été surpris par la taille du Massachusetts Institute of Technology. Cette université accueille des chercheurs dans tous les domaines scientifiques : physique, médecine, robotique, nouvelles technologies… Le campus est un quartier entier de Cambridge, très vaste, possédant ses propres infrastructures, son système de transport et sa police locale. Plus de 20 000 personnes travaillent ici. Le Media Lab en lui-même est un énorme bâtiment de 6 étages, dans lequel se côtoient les étudiants en Master, les doctorants, les nombreux partenaires qui visitent régulièrement les lieux et enfin les assistants, comme moi, qui aident tous ces gens dans leurs projets.

Comment un petit Frenchy se fait-il accueillir au MIT Media Lab ?

L’accueil a été très chaleureux. A peine arrivé, les gens sont venus me voir pour m’interroger sur mes attentes pour ces six mois et les compétences que j’avais à leur offrir. Le milieu de la recherche n’a pas bonne réputation, j’étais relativement anxieux à l’idée de travailler dans ce domaine… je n’avais pas de quoi ! La grande différence est que dans le domaine technologique, il y a tellement de choses à faire et tellement de projets différents à développer que les gens sont ouverts et intéressés par tout nouveau point de vue. Par ailleurs, le MIT est en endroit très cosmopolite. Les gens du monde entier viennent y travailler et développer leurs recherches. Sur les 20 personnes de mon groupe, seulement 2 personnes sont américaines ! Avoir un double diplôme m’a bien aidé à m’intégrer au sein de l’équipe. Mes compétences multiples me permettent de discuter très facilement avec les doctorants aussi bien pour questionner leurs projets que pour les enrichir.

 

Sur quels types de projets travailles-tu ?

Les recherches effectuées ici ne sont pas vraiment confidentielles. Tout projet est voué à être réalisé de manière fonctionnelle et présenté publiquement. Le Media Lab est une université doctorale donc le but est de publier des papers techniques sur des nouvelles technologies qui peuvent faire avancer l’innovation. Je travaille principalement sur les interactions entre l’humain et la machine, en explorant des projets de nature différente. Ils traitent principalement de réalité virtuelle ou d’objets connectés, les deux domaines qui vont exploser dans les prochaines années. Par ailleurs, j’ai rencontré ici des personnes qui travaillaient sur des problématiques similaires à ce que j’ai pu développer dans le cadre de mon projet de fin d’études, ce qui est très enrichissant pour continuer ma démarche.

Quelle est la façon de travailler au sein de l’équipe ?

On est très loin du mode de fonctionnement en entreprise. Les horaires sont libres, le mode de travail l’est aussi : ce qui importe est le résultat final. Collaborer sur des projets de design aux MIT ou à L’École de design s’appuie sur les même bases, la démarche méthodologique développée ici est très proche de celle enseignée à l’école. Nous discutons autour d’une idée en questionnant sa pertinence, puis en mettant en évidence les leviers technologiques qu’elle peut déverrouiller. Ensuite vient la phase de conception, qui mène, après une phase de prototypage, à un projet fonctionnel. Les étudiants et chercheurs travaillent en autonomie durant toute la phase du projet. Ici, aucune différence n’est faite par rapport au rôle (étudiant, chercheur, visiteur…), ce qui importe, ce sont les compétences ainsi que la créativité et la réalisation complète d’un produit. Cette expérience va me changer des tâches que j’ai pu effectuer lors de mes précédents stages en entreprise.

 

Qu’est ce qui t’étonne le plus ? Quelles sont tes premières impressions ?

J’ai été frappé par la quantité de matériel qu’il y a ici : les tout derniers périphériques sont là, et dès que nous avons besoin de quelque chose, il suffit de demander. L’argent n’est plus une limite pour pousser la recherche, et cela explique probablement la qualité des projets qui sortent du Media Lab. Bien que les projets ne soient pas réalisés pour des entreprises, celles-ci sont quand même présentes et partenaires du lab. Il y a un fort lien entre les labs et les entreprises : les directeurs des multinationales viennent en personne voir ce qui est développé ici grâce à eux. Leur intérêt pour la recherche est vraiment inspirant.
Je suis ici depuis deux semaines et je me sens déjà très libre d’explorer ce qui me semble pertinent. Ce qui est génial ici c’est que je peux travailler sur des projets personnels. Il me suffit d’évoquer une idée et des personnes seront motivées pour m’aider à réaliser ce projet. Le fait que la démarche développée ici et celle de l’école soient similaires fait que je possède des repères dans mon travail. Je vois cette expérience comme une continuité de mes travaux réalisés pendant mes 5 années à L’École de design : pour ces débuts au MIT Media Lab je suis très enthousiaste et j’ai hâte de découvrir ce que les projets vont m’apporter !