DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal Cotonou
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Pierrick Thébault, alumni 2008 et co-fondateur de Citima

Pierrick Thébault, alumni 2008 et co-fondateur de Citima

Pierrick Thébault, alumni 2008, est co-fondateur de Citima, une startup dans le domaine de la Proptech. Après sa formation à L’École de design Nantes Atlantique, il a travaillé en tant que designer dans la recherche industrielle au Bell Labs, au MIT (Massachusetts Institute of Technology), dans l’assuranche chez Axa mais aussi pour le moteur de recherche Qwant. Pierrick a également réalisé une partie de sa carrière dans la recherche en design. Dans cette interview, il revient sur son parcours de designer, de chercheur mais aussi d’entrepreneur, dont le fil rouge est la donnée.

Quel a été votre parcours en design ?

J’ai mené une partie de ma carrière dans la recherche, à l’intersection de l’académie et de l’industrie. C’était une recherche par la pratique, par le design, d’abord au travers d’une thèse de doctorat sur la conception de produits augmentés par des applications et puis à travers un post-doctorat sur l’analyse de données à l’échelle de la ville pour comprendre les comportements des habitants et la mobilité.

Depuis deux ans et demi je suis entrepreneur, j’ai créé une start-up dans le domaine de la Proptech, c’est-à-dire l’immobilier, avec mon associé qui est également designer de formation. La start-up Citima est le premier logiciel qui replace l’humain au coeur de la relation client. C’est un projet entreprise qu’on a mené par le design en confrontant notre vision directement sur le terrain, auprès des professionnels. Cette vision, on l’a fait grandir à travers des prototypes, des MVP (minimum viable product) jusqu’à sortir une première version qui est commercialisée.

En quoi consiste votre métier aujourd’hui ?

Le fil rouge de ma carrière, c’est vraiment la donnée et et l’impact qu’a cette donnée sur la conception d’applications et de services. Cette donnée a beaucoup changé au fil des années : elle était d’abord générée par des utilisateurs sur des blogs ou sur des réseaux sociaux, ensuite elle a commencé à émerger d’objets et de produits connectés, voire même de quartiers ou de villes entières et puis aujourd’hui elle est de plus en plus générée par des algorithmes pour faciliter la prise de décision ou automatiser un certain nombre d’actions qui n’ont pas vraiment de valeur ajoutée.

Mon métier aujourd’hui consiste à comprendre ces nouvelles sources de données en collaboration avec des data scientists, des informaticiens, des urbanistes ou des assureurs selon le contexte, puis d’essayer de donner du sens à cette donnée, de voir dans quelle mesure elle peut être employée pour construire de nouvelles fonctionnalités, apporter de la valeur à un utilisateur qu’il ne faut surtout pas instrumentaliser ou essayer de remplacer par des algorithmes. 

Quels ont été les principaux apports de l’école ?

L’école a fait de moi un designer généraliste qui va intervenir à l’intersection de différentes disciplines, de différents métiers, qui va être capable d’envisager des enjeux techniques, humains, d’usage mais également des enjeux business. L’autre apport de l’école c’est cette capacité à se réinventer, à faire évoluer sa pratique dans un domaine qui est changeant et se réinvente tous les 3 ou 4 ans avec de nouvelles technologies, de nouveaux outils mais également de nouveaux enjeux sociétaux.

Un conseil pour les futurs designers ?

Mon premier conseil, c’est de ne pas bouder la technique, de ne pas avoir peur d’apprendre à programmer mais également de s’intéresser aux nouvelles technologies de machine learning, pour comprendre leurs enjeux et pour avoir son mot à dire dans la conception de produits et de services.

Mon deuxième conseil, c’est d’aller là où le design est encore méconnu et où il est possible d’avoir un impact fort sur les solutions à déployer, sur les usagers et sur la société en général. 

En 2021, L’École de design Nantes Atlantique célèbre les 20 ans de sa première promotion de designers numériques en formation initiale. En 20 ans, l’école a su développer de nombreuses possibilités de parcours de formation et plus récemment, déployer le numérique de manière transversale sur l’ensemble de ses enseignements. Ecoute du marché et savoir-faire sont les clés pour forger des profils de designers numériques aux multiples compétences, répondre aux transformations des pratiques et des usages induites par le numérique et accompagner les organisations dans ce nouveau territoire. UX Design, Product Design, Information Design, Game Design, Motion Design… Plus de 700 designers ont été formés à L’École de design Nantes Atlantique. Ces différentes générations de designers occupent aujourd’hui des postes clés dans de nombreuses entreprises et organisations en France et à l’international et exercent de la Silicon Valley aux startups de la French Tech.