Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Impacts #6 : Clémence Mahé-Clémot, entre luxe et cosmétique

Impacts #6 : Clémence Mahé-Clémot, entre luxe et cosmétique

Concevoir pour l’évènementiel de luxe

A l’issue de son double diplôme de design bac + 5 et Master Management et administration des entreprises IEMN-IAE en 2012, Clémence Mahé-Clémot intègre L’Oréal Produits Professionnel en tant que designer. Depuis juin 2013, c’est dorénavant auprès du groupe Estée Lauder Companies à Paris qu’elle exerce ses talents comme chef de projet Merchandising Événementiel.
Retour sur ce début de carrière avec une jeune designer aux frontières du luxe, de l’évènementiel et de la cosmétique.

“Garante de l’image des marques”

Attirée depuis toute petite par l’univers des cosmétiques, Clémence Mahé-Clémot est aujourd’hui l’une des “garantes de l’image” des marques du groupe Estée Lauder, un des leaders mondiaux de la vente et production de produits de beauté, au sein de l’équipe Design évènementiel de la filiale française. Mise en avant de vitrines, campagne de Trade marketing, scénographie pour les événements presse, création de diverses PLV, cette chef de projet merchandising événementiel peut gérer près de 5 à 6 projets bien différents par jour.

Podium Bobbi Brown pour Sephora

“Les utilisateurs doivent reconnaître la marque au premier coup d’œil”

Parmi eux, elle a conçu un podium au Sephora des Champs Élysées pour donner un coup d’éclairage à l’une des marques du groupe Estée Lauder.
Avec le choix d’un visuel lumineux et impactant, des matériaux et des couleurs, la création d’un mobilier inspirant, Clémence a soigné cet espace dans les moindres détails, tout en respectant les recommandations du siège de New York. “Les utilisateurs doivent reconnaître la marque au premier coup d’œil, et travailler dans le luxe impose que l’exécution soit parfaite ” insiste Clémence. “La contrainte majeure consiste à combiner notre créativité et être donc force de proposition avec l’application très stricte des chartes graphiques “Visual merchandising Guidelines” conduites par le pôle Design de la zone EMEA, qui dépend du siège principal à NY. Par ailleurs, il existe une série de validations successives qui peuvent entraîner un frein dans les prises de décisions. Il faut également accepter de se remettre en question et s’adapter à ce cadre rigoureux” précise-t-elle.

Vue 3D

“Nous sommes toujours dans l’effervescence”

Entre la gestion des budgets et des timings, la création du projet, les dessins préparatoires ainsi que les relations avec les fournisseurs, la faisabilité du projet et l’installation avec les poseurs, ce métier exige de la stratégie et beaucoup de polyvalence”, constate Clémence. Elle ajoute qu’ “il ne faut pas avoir peur de travailler sous la pression car les délais de production dans l’évènementiel sont difficilement négociables. Du coup, nous sommes toujours dans l’effervescence”.
La diversité des projets et des univers propres à chaque marque sont également très stimulants même si Clémence s’affranchirait bien parfois des contraintes des chartes, en faisant le choix, pourquoi pas, de rejoindre l’équipe new-yorkaise qui est à la base de la création de tous les concepts.