DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal Cotonou
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Doriane Caradeux, future designer d’interactivité

Doriane Caradeux, future designer d’interactivité
Doriane Caradeux

Étudiante en 3e de BDes Design d’interactivité, Doriane témoigne de son choix d’études, de sa formation suivie et de ses envies pour la suite de ses études et son début de vie professionnelle.

 

Le design d’interactivité, un rêve d’enfant ?

Non pas du tout … Comme beaucoup d’enfants, je rêvais d’être astronaute ou encore pilote de ligne. En grandissant, j’ai eu un fort appétit pour les nouvelles technologies. Mon orientation était donc toute trouvée, le bac S puis probablement une école d’ingénieurs généraliste ou en informatique. En classe de première, j’ai multiplié les portes ouvertes des écoles, mais aucune ne me passionnaient réellement. Et lorsque je me suis rendue aux portes ouvertes de l’école Polytechnique, située sur le campus de la Chantrerie, nous avons vu que c’était également les portes ouvertes de L’École de design située à proximité. Aimant les arts et la créativité mais sans être une artiste, par curiosité, nous avons visité cette école. Dès l’entrée, l’ambiance était différente de toutes les autres écoles visitées. J’ai découvert que le design était présent dans beaucoup de domaines et on me présenta la filière design d’interactivité. C’est là que j’ai pris conscience que mon intérêt pour le numérique porte plus sur la création d’interfaces, de services et de concepts que sur l’aspect technique que pouvait m’apporter une école ingénieur.

Pourquoi avoir choisi l’option Design d’interactivité pour ton cycle bachelor (BDes) ?

Comme je l’ai expliqué précédemment, je suis venue à l’école pour la filière interactivité. Cependant, en première année on découvre les différentes filières proposées par l’école via des modules tout au long de l’année (design graphique, design d’espace, design produit …). J’ai été tentée par le module design graphique et le module d’espace, mais après réflexion, je suis revenue à ce pourquoi j’étais venue à l’école : le design d’interactivité. Le design d’interactivité, c’est pour moi une manière de mêler mon désir pour le numérique tout en développant ma créativité.

Qu’est-ce que tu apprécies dans la formation ?

J’apprécie le fait que c’est une formation assez large où chacun peut trouver sa place et ce qu’il aime. Nous avons une multitude de domaines dans lesquels nous pouvons exercer le design d’interactivité : application mobile, site web, jeux vidéo, objets connectés, scénographie interactive, code créatif, design graphique, etc. Même si la formation est plus axée sur l’UI/UX design, c’est un domaine assez vaste où nous pouvons être amenés par exemple à travailler un jour sur une interface web et le lendemain sur une interface de borne interactive. Au fur et à mesure de la formation, se développe au sein de la classe des profils que nous mélangeons naturellement pour les projets, par exemple les personnes plus à l’aise avec le développement web vont se mettre en binôme avec quelqu’un plus à l’aise avec le graphisme. C’est le mélange de ces profils qui font la richesse des projets.

Qu’attends-tu de la formation ?

J’attends que la formation soit en constante évolution au regard des logiciels qui sont utilisés par les agences. J’attends aussi d’être formée en tant que designer mais aussi manager pour avoir les compétences clés en main pour créer notre entreprise à la fin de notre cycles master.

Où as-tu réalisé ton stage de BDes et qu’en retires-tu ?

J’ai réalisé mon stage pendant 3 mois chez EMOTIC, une agence digitale basée sur Nantes. Ce stage m’a rassuré sur la formation de l’école puisque j’ai dû utiliser les méthodes et les logiciels étudiés durant toute l’année sur des projets concrets. C’était pour moi également l’occasion de faire pour la première fois des interfaces pour des écrans autres que desktop et mobile puisque j’ai été amenée à faire des interfaces pour un showroom (un grand écran tactile) et un écran miroir. C’était une première expérience professionnelle dans le domaine du design que j’ai trouvé très enrichissante et très passionnante et qui m’a permis de mieux me projeter dans ma future carrière de designer d’interactivité.

Où est-ce que tu te projettes pour ton programme de cycle master (MDes)?

Je souhaite faire le MDes Tangible UX Design. La notion d’espace augmentée m’intéresse particulièrement avec l’arrivée des voitures automnes et des voitures de plus en plus connectées qui vont bouleverser l’expérience utilisateur et ouvrir de nouvelles possibilités d’interactions entre l’humain et la voiture. J’aimerais faire la première année de mon MDes au studio de Montréal qui ouvre en septembre 2018 et qui est centré sur la problématique du design et de l’entreprenariat. Il se situe au sein du CENTECH, un incubateur et accélérateur de Startup en lien avec l’école d’ingénieur ÉTS. Cette première année de master me permettrait d’obtenir les compétences solides pour avoir la capacité de lancer ma startup dès la fin de mon cycle master.

Comment t’imagines-tu dans 5 ans ?

J’aimerais commencer en évoluant dans une agence digitale pour acquérir des compétences et de la maturité avant de me lancer, peut-être, dans la création de ma propre agence. J’aimerais travailler sur des projets d’environnements connectés (par exemple les panneaux publicitaires interactifs). Je n’ai pas de préférence géographique, cependant le Canada m’attire par sa croissance dans le domaine des nouvelles technologies.

Doriane Caradeux
Étudiante en troisième année de cycle bachelor en design d’interactivité

Découvrez le témoignage de Doriane Caradeux en vidéo