Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Design graphique et interculturalité au Brésil

Design graphique et interculturalité au Brésil

Témoignage d’Adèle Darcet, étudiante en 1ère année de MDes au Brazil Studio

Adèle Darcet est en première année de MDes Design & interculturalité au Brazil Studio. Entre choix de formation et volonté d’internationaliser son parcours, elle témoigne de ses premiers mois au Brésil.

Comment as-tu connu L’École de design et pourquoi avoir choisi L’École de design pour tes études ?

Au lycée, l’idée de faire du design m’est venu assez vite, j’aimais l’art et travailler avec mes mains ! Je me suis donc renseignée sur les écoles et j’ai passé les concours des meilleures écoles de design de France. J’étais assez attirée par L’École de design Nantes Atlantique car c’était la seule école qui proposait un programme de cycle master à l’étranger. J’ai choisi L’École de design car je souhaitais partir 2 ans dans le cadre de mes études ailleurs qu’en France.

Peux-tu expliquer ton parcours depuis ton bac ?

J’ai eu mon baccalauréat spécialisé économique et social à Paris, puis je suis rentrée à L’École de design en post bac à 18 ans. Après la première année, j’ai opté pour une spécialisation en Design graphique. Je ne regrette en rien mon choix !

Pourquoi avoir choisi le programme Design & interculturalité au Brazil Studio ?

Comme je l’ai dit un peu avant, j’ai choisi l’école pour cet échange interculturel, je ne souhaitais pas rester en France et aucun des programmes de cycle master de l’école ne me correspondaient vraiment. Je ne souhaitais pas partir en Chine. J’étais par ailleurs plus attirée par l’idée d’aller en Inde. À la rentrée de la troisième année de bachelor, Christian Guellerin, directeur de l’école, a annoncé l’ouverture du Brazil Studio. Je me suis ainsi donné les moyens pour partir au Brésil, pays qui m’attirait depuis bien longtemps par sa chaleur et sa diversité.

 

Université Mackenzie de São Paulo

Que penses-tu de ton insertion au sein du Brazil Studio et de l’université Mackenzie ?

L’insertion a été difficile au début, car nous sommes partis à 10 et nous nous sommes retrouvés à 10 « contre » São Paulo. L’insertion au sein de São Paulo n’a pas été facile les premiers jours, cependant l’insertion au sein du studio s’est faite sans encombre. Après notre stage de 6 mois, nous avons commencé les cours.

Les cours sont composés en majorité par des workshops, nous allons de studios en studios pour travailler sur un sujet donné durant une semaine. Je suis ravie. Je regrette cependant le manque d’insertion au sein de l’Université Mackenzie. Nous passons la plupart de notre temps en dehors de l’université, donc il est quasi impossible de rencontrer des étudiants brésiliens de Mackenzie.

Y a t’il un projet qui te marque / t’a marqué particulièrement ?

Je n’ai repris les cours que depuis trois mois et nous avons pu en trois mois réaliser que quatre workshops. Dans le cadre de l’un d’eux, nous sommes allés visiter une association de quartier qui aide les enfants et familles des alentours, les incitant à faire des activités créatives, sportives, les aidant pour se loger… Cette visite m’a énormément touché et m’a permis de voir la bonté de certaines personnes lorsqu’il s’agit de venir en aide aux autres.

Si l’on parle interculturalité, y a t’il des éléments qui sont réellement différents entre la France et le Brésil ?

L’interculturalité est facteur de notre quotidien. Tout d’abord, nous avons du apprendre le portugais pour des questions de communication, et j’en suis ravie. Parfois, nous demandons aux professeurs de faire leurs cours en portugais pour nous inciter à pratiquer. Je dirais également que le mode de vie ici est vraiment différent de la France. Je suis parisienne et ici, rien n’est comparable à Paris. Evidemment il y a des aspects négatifs, comme l’insécurité que je ressens au quotidien ou bien l’administration Brésilienne qui n’est pas très bien organisée, mais il y a aussi beaucoup de points positifs ! Les brésiliens sont extrêmement chaleureux et sont toujours là pour nous aider. La fête, la musique et la joie sont présentes tous les jours. « Tudo bem » comme on dit ici !

 

Et les intervenants au sein du Brazil Studio ?

En ce qui concerne les intervenants, c’est à peu près la même chose, ils sont souvent passionnants, ils aiment nous apprendre et sont patients !

Adèle Darcet en voyage aux chutes d’Iguaçu

Qu’espères-tu une fois ton diplôme obtenu ?

Une fois mon diplôme obtenu, j’aimerai m’orienter vers la mode. Je suis assez passionnée par ce secteur d’activité depuis plusieurs années et j’aimerai apprendre sur ce monde un peu à part, tout en gardant ma spécialisation. Je suis designer graphique et je veux le rester, je ne souhaite pas devenir styliste.