DESIGN FOR CREATIVE INNOVATION*

* Design pour une innovation créative

Nantes Shanghai Pune São Paulo Montréal
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Arlette Thierion, future motion designer

Arlette Thierion, future motion designer

Entretien avec Arlette Thierion, étudiante en 2e année de cycle bachelor filière Motion Design sur ses choix et sa formation. Digital Design by L’École de design

Le motion design, un rêve de gosse ?

Pas vraiment ! Étant enfant, je me destinais davantage à une carrière scientifique, et je rêvais de travailler dans l’espace. Mais avec les années, je me suis désintéressée des sciences qui m’apparaissaient plus comme un casse tête qu’autre chose.

Pourquoi avoir choisi la filière motion design pour ton bachelor ? Avais-tu imaginé faire la filière motion design avant d’arriver à l’école ?

C’est peut-être assez étrange, car au fil des années j’ai développé un intérêt pour les textures, les matériaux nouveaux et notamment les textiles capable de se mouvoir, de changer d’aspect, de se déformer… En bref : tout ce qui s’apparente au mouvement. Le motion y étant relié, j’ai pensé que la filière motion était la plus adaptée. J’aimais aussi l’idée d’avoir des connaissances en terme de design graphique.

Qu’est ce que tu apprécies dans la formation ?

Ce que j’apprécie le plus, c’est le fait que la section est nouvelle, tout est donc un peu une nouvelle expérience. C’est une filière touche à tout. On ne reste pas nécessairement dans le motion « pur ». Nous étudions le son, le storytelling, les ambiances… C’est ce qui me plaît le plus jusque-ici.

 

Qu’attends-tu de la formation ?

J’ai hâte d’avoir une véritable maîtrise sur certains logiciels et d’être à-même, à la fin de la formation, de réutiliser les différentes matières et les différentes connaissances que nous avons acquis qui ne semblaient pas (à l’origine) être forcément liés.

 

Quel est ton designer préféré ?

À l’heure actuelle, je dirai que c’est Jean-Charles de Castelbajac. J’aime son univers coloré, sa capacité à travailler sur la polysémie de certains termes pour créer des jeux de mots, amusant, qui dégage une énergie positive. Que ce soit dans la mode ou dans la création d’illustration, ou de projet, je trouve son travail très intéressant.

C’est quoi pour toi le storytelling ?

Le storytelling selon moi c’est la capacité à mettre en oeuvre une variété de moyens pour donner du sens et rendre intéressante une histoire, une anecdote… Comment partager une idée, un univers et le rendre compréhensible pour celui à qui il s’adresse.

Quelles sont les vidéos motion que tu apprécies ?

La vidéo créée par Psyop et Nöbl dans le cadre de la Gay Pride de New York ainsi que celle que Nöbl a fait pour le Mirage Festival en 2016. Les vidéos de Motion Motion et d’Akatre

Ou encore la vidéo créée par Melt pour l’Allegro Fashion Show

 

Les motions que tu rêverais de développer ?

Du motion 3D en majorité je pense, dans des univers colorés, en bichromie, trichromie, texturées et qui aurait un lien avec la promotion des textiles intelligents, l’innovation en général, la promotion de nouvelles « choses » qui commencent à émerger. Un motion tourné vers l’avenir !

Comment t’imagines-tu dans 5 ans ?

Je ne sais pas vraiment mais disons que « l’idéal », « le rêve » ce serait de travailler à l’étranger pendant un temps, dans un pays anglo-saxon de préférence (pas forcément États-Unis, cependant). Je souhaiterais former un studio créatif avec 2 ou 3 personnes qui ont les mêmes ambitions que moi (avec un Sound Designer, des graphistes…). Mon ambition est de travailler sur des projets liés à des produits de qualité, mais aussi pouvoir s’intéresser à des projets liés à l’humanitaire pour avoir ainsi la possibilité d’aider des communautés, apporter quelque chose, donner du sens.