Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Anne-Charlotte Reynaud, un semestre à l’étranger

Anne-Charlotte Reynaud, un semestre à l’étranger

Pourquoi as-tu choisi cette destination et cet établissement ?

Sheffield n’était pas mon premier choix, mais l’Angleterre était un pays qui m’attirait et mon choix s’est orienté vers Sheffield Hallam University uniquement pour le programme qu’ils proposaient en master.

Quels types de cours as-tu suivi ?

J’ai suivi deux modules : un théorique traitant des méthodes de recherches utilisées dans le processus créatif du designer et un autre plus pratique qui consistait à mener à bien un projet dans son intégralité sur le thème suivant : Design futuring the City. En complément de ces modules il y avait des workshops pour apprendre à utiliser le matériel à notre disposition à l’école, des workshops méthodologiques supplémentaires, des cours de soutien en anglais pour apprendre à rédiger correctement les rendus ainsi que des conférences présentées à l’université et auxquelles nous avions un accès gratuit du fait de notre statut d’étudiant.

Pourrais-tu décrire un projet important que tu as réalisé pendant le semestre ?

Le projet important que j’ai réalisé ce semestre était celui sur le thème Design futuring the City. Suite à un énorme brainstorming autour de ce thème, nous avons imaginé de multiples futurs possibles à notre civilisation puis nous avons choisi un sujet que nous avions fait évoluer dans le cadre de notre domaine d’étude, soit pour moi le design de produits. J’ai mené ce projet à bien en autonomie. J’avais l’appui de mon professeur référent, lui même designer de produits. Il me conseillait, m’aiguillait par moment et évaluait mon travail. Pendant les cours, nous avions des activités qui nous incitaient à échanger avec des étudiants de différents domaines que le nôtre afin d’avoir différents points de vue sur notre projet et nous entraîner à défendre nos idées.

Mon projet portait sur le deuil. Suite à de nombreuses recherches, des témoignages, des ateliers auxquels j’ai participé ainsi que mes propres essais, j’ai affiné mon idée, ce qui a engendré la création d’un produit sensible. Ce dernier est un objet mobile qui, par le biais des sens (l’odorat et le toucher), ravive les souvenirs liés à un proche décédé. Chaque objet est unique, facilement transportable et personnalisable. L’idée était de commercialiser cet objet sous forme de kit, dans lequel on trouve l’objet, les éléments associés, son support, ainsi que la notice d’utilisation.

 

Quelles sont les similarités entre l’établissement et L’École de design ?

En ce qui concerne les cours, nous avions du temps individuel avec nos professeurs référents. D’ailleurs tous les professeurs ainsi que les intervenants sont des professionnels évoluant dans le monde du design. Pour les locaux, chaque bâtiment du campus est dédié à un domaine particulier. C’est un peu le cas également L’École de design Nantes Atlantique avec les différents master placés dans des laboratoires différents en fonction des spécialités. Au niveau de l’équipement de l’école, il y a des ateliers, un peu plus conséquent à SHU puisque le bâtiment est plus important qu’ici. Que ce soit à SHU ou à L’École de design Nantes Atlantique, sachant que j’étais en Classe internationale l’année dernière, il y a un fort mélange des cultures. Tous les étudiants de master 1 formaient une seule et même classe, dans laquelle 11 nationalités étaient présentes.

 

Quelles sont les différences entre l’établissement et L’École de design ?

Les différences entre les deux établissements se situent dans les cours. Ils ne sont pas établis par matières mais par module. Les cours sont moins segmentés. Nous avions cours de 10h à 17h et dans cette plage horaire, nous avions une présentation du déroulement de la journée, des interventions faites par des professionnels, puis des activités où nous mettions en pratique ce que nous avions appris le matin. Notre emploi du temps à SHU est plus léger puisque nous travaillions en autonomie la plus grande partie du temps (3 jours sur 5). Pour la présentation des projets, nos travaux étaient exposés, nous ne faisions pas de présentation orale et notre projet devait parler pour lui-même. Pour le système de notation, nous n’avions pas de notes, comme dans le système français, mais des appréciations concernant nos compétences. Pour finir, contrairement à L’École de design Nantes Atlantique, nous n’avons pas eu la chance de mener un projet en partenariat avec un professionnel.

Que t’a apporté ce semestre à Sheffield Hallam University ?

Ce semestre à SHU m’a apporté beaucoup. Tout d’abord j’ai beaucoup plus confiance en moi et en mes projets. J’ai acquis de nouvelles compétences et de nouvelles connaissances. Je sais mieux m’organiser dans mon travail étant donné que j’ai du travailler en autonomie la plus part du temps. J’ai une plus grande aisance à l’oral (pour la timide que je suis ce n’est pas rien). J’ai pu me construire un réseau dans le monde du design. J’ai également amélioré mon niveau d’anglais.

Qu’est ce que le Royaume-Uni t’a apporté ?

Le Royaume Uni m’a apporté un enrichissement personnel ainsi qu’une plus grande ouverture d’esprit. J’ai acquis en autonomie et en indépendance. J’ai pu voyager et découvrir ce pays que je connaissais peu. Même si la culture anglaise n’est pas très loin de la culture française j’ai tout de même du m’adapter à ces différences et ça a été enrichissant. De plus, j’habitais en colocation avec d’autres étudiantes Erasmus, deux espagnoles et deux finlandaises, ce qui a contribué à mon ouverture sur d’autres cultures ainsi qu’à l’agrandissement de mon réseau. En bref, ce fut un enrichissement social et personnel très important.

 

Et les équipements de Sheffield Hallam University ?

L’école est vraiment bien, les équipements sont parfaits. Tout est mis à notre disposition pour que l’on réussisse. La bibliothèque est ouverte 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 avec tous les équipements qui la composent (logiciels, imprimantes, livres,...). Il y a également un bâtiment étudiants où sont organisées des soirées, des concerts et autres événements.

 

Que penses-tu de la ville de Sheffield ?

Je ne connaissais pas la ville de Sheffield que j’ai découverte sans aprioris ni attentes spécifiques. Sheffield est une ville étudiante et beaucoup d’événements sont organisés spécialement pour les étudiants. C’est une ville en pleine expansion. Même si c’est la 5ième plus grande ville d’Angleterre, elle reste l’une des moins coûteuses. Sheffield est une ville très arborée, il y a plus d’arbres par habitant dans cette ville que dans toute autre ville d’Europe. Elle dispose de plusieurs parcs et jardins et se situe en partie dans le parc national du Peak District. Sheffield est une ville où il fait bon vivre. De plus, Sheffield est idéalement placée pour pouvoir voyager à moindre coût. J’ai ainsi pu aller à Leeds, Birmingham, Liverpool, Nottingham, Manchester ainsi qu’à Chatsworth.