Blog
Français
Imprimer
Partager
Retourner à la recherche

Atelier maquette : “Réaliser des maquettes permet d’exercer sa perception d’un volume dans l’espace”

Atelier maquette : “Réaliser des maquettes permet d’exercer sa perception d’un volume dans l’espace”

L’atelier maquette, réaménagé en 2005 et 2010, est un lieu central de l’école, qui a été mis à forte contribution pour la préparation de l’exposition Casual Fitness à Milan. Entretien croisé avec l’équipe de l’atelier, Hervé Bedouin et Élise Le Calloch, sur le rôle de la maquette dans la pratique et l’enseignement du design produit.

Les étudiants en plein travail à l’atelier pour leurs travaux exposés à Milan

1 - Quelle est votre fonction dans l’école et quel est votre parcours ?

Hervé Bedouin : Je suis responsable maquettiste, des ateliers et du stockage maquette.
Durant presque 9 ans, j’ai été modeleur numérique à l’ADN (Automotive Design Network), au centre de style du groupe PSA Peugeot-Citroën. En collaboration avec les designers, et à partir de leurs sketchs, je modélisais en 3D le style des futurs véhicules et concepts-cars. À partir de cette 3D, plusieurs usinages de maquettes échelle 1 étaient réalisés. Par la suite des échanges avaient lieu entre le design et la technique.

Élise Le Calloch : Je suis issue d’un parcours scientifique (IUT Génie Mécanique), complété par un BTS Design de Produits et je me suis spécialisée dans la réalisation de maquettes et prototypes. J’ai travaillé en tant que maquettiste dans différents domaines : la muséographie, la création de décors, l’industrie cosmétique, les études en bassin de carène pour l’aéronautique, les études en soufflerie pour le génie civil… J’ai intégré L’École de design Nantes Atlantique en tant que maquettiste en octobre 2011.

 

2 - Comment est organisé l’atelier de l’école et quels travaux peut-on y conduire ?

H.B. : L’école dispose de 6 ateliers aux dimensions et fonctionnalités multiples.

L’atelier est organisé autour d’une salle centrale qui a pour fonction l’assemblage des pièces fabriquées dans les ateliers machines, résine et peinture. Plusieurs projets utilisant différents matériaux sont réalisables : en bois, en carton, en plastique, en résine, en métal… Au sein de cet atelier, on peut couper, plier, usiner, thermoformer, coller, poncer, peindre… Le but étant de s’approcher au plus près de l’objet industrialisé.

E.L.C. : […] Nous travaillons essentiellement des matériaux tendres, facile à mettre en œuvre : bois, plastique, la mousse PU,… En fonction des projets, il est aussi possible de mouler, stratifier, thermoformer…

 

3 - Pour vous, quelle place occupe la maquette dans la pratique et l’enseignement du design ?

H.B. : Le passage par une maquette en phase de recherche est indispensable. Cela permet de valider les volumes, les proportions et d’équilibrer les masses mais également de découvrir les matériaux, d’expérimenter, et de résoudre des problèmes techniques. Lors de mon expérience passée dans les bureaux de style et dans les ateliers, j’ai pu observer qu’une maquette numérique (en 3D) ne donne jamais la même perception volumique qu’une maquette physique.

Réaliser des maquettes permet d’exercer sa perception d’un volume dans l’espace et d’utiliser une multitude de matériaux divers et variés. C’est aussi la possibilité de découvrir des pistes nouvelles.

E.L.C. : La maquette est pour moi essentielle au design. Elle permet de se rendre compte des volumes, de l’ergonomie, de valider les liaisons entre les pièces. Les étudiants apprennent ainsi les techniques d’usinages, et se rendent compte de ce qui peut être réalisable ou non à un niveau industriel.

 

4 - Personnellement, quelle est l’expérience la plus intéressante que vous ayez vécu au sein de l’école ?

H.B. : Plonger au plus vite dans le projet de l’étudiant(e). Pouvoir les observer et être témoin de leurs persévérances.

E.L.C. : Je suis à l’école depuis peu de temps. Je dirais que concevoir et réaliser les projets pour Milan était très enrichissant, durant 2 mois nous avons échangé en permanence avec les étudiants.

 

5 - L’atelier a été très investi dans la production des pièces pour l’exposition Casual Fitness. Quel(s) projet(s) ont représenté les plus gros défis ?

H.B. : Tous les projets ont nécessité des mises en œuvre complexes et variées. Une des difficultés fut la gestion du temps. Il n’était pas possible de faire des tests de fabrication, pour presque tous les projets, la première réalisation a dû être la bonne.

E.L.C. : Le plus gros défi pour nous était sans doute de concevoir et réaliser simultanément, dans l’atelier, 11 projets assez imposants et de les amener tous à terme.

 

6 - C’est quoi, le futur de la maquette ?

H.B. : Être toujours présente dans la phase de recherche et être complémentaire face au numérique.

E.L.C. : Pour beaucoup de personnes l’avenir de la maquette est le prototypage rapide (frittage, stéréolithographie…). Ces techniques peuvent répondre pour des maquettes qui se veulent esthétiques (validation de produits, maquettes blanches de concours…) mais ne seront pas adaptées à des maquettes techniques ou des prototypes.

Les maquettes doivent souvent répondre à des caractéristiques techniques : rigidité, imperméabilité, légèreté, précision… Le maquettiste n’est pas qu’un simple technicien, à partir d’un cahier des charges il choisit, pour chaque projet, des matériaux et des techniques de mise en œuvre adéquats, redessine des plans… C’est un métier peu connu, et pourtant on voit le travail de maquettistes régulièrement dans notre quotidien… Cela peut être des fac-similés d’animaux dans des musées, une maquette pédagogique expliquant aux enfants le fonctionnement d’un bassin versant, les décors de grands parcs d’attraction sculptés dans du polystyrène et résinés… Les maquettes sont aussi une étape décisive dans la réalisation d’un projet. Par exemple : des maquettes de tous les bâtiments publics sont réalisées pour des études en soufflerie, afin de valider les étapes de construction, les formes, les matériaux…

Je pense donc que les nouvelles techniques de prototypage rapide ont un bel avenir dans la validation de produits, mais que les maquettistes continueront à travailler dans leurs ateliers les matériaux tels que le bois, les fibres, les résines…